Une inévitable introspection

“Les conflits dans le monde sont le miroir de nos conflits intérieurs non résolus.”

ECKHART Tolle

Tel un couperet, nos vies ont été mis à l’arrêt.

Nos repères bouleversés, plus d’activité ni de distraction à l’horizon.

Plus de place à la spirale infernale du quotidien, celle qui nous empêchait d’être à notre rythme. Celle qui pouvait être à l’encontre de notre nature propre, de notre éthique ou de notre essence première.

Un virus a changé notre tempo, je ne suis pas mélomane, mais je peux sentir que la gamme a été modifiée. Ressentir que nous ne sommes plus sur la tonalité ni la fréquence habituelle.

Tout à coup nous avons eu, pour le citoyen ordinaire, du temps. Oui ce fameux temps que nous échangeons contre de l’argent, soutenu et encouragé par l’adage populaire « le temps c’est de l’argent ».

Erreur le temps c’est plus que de l’argent c’est la vie. De la vie monnayée à bas prix.

Le temps cette denrée devenue trop rare pour tout à chacun. Happé par un quotidien, surfant sur un rythme effréné, nous voilà confinés. Confrontés à nous même, au néant que le quotidien saturait. Cet arrêt brutal peut sembler intolérable voire inacceptable. Cet arrêt est telle une privation de liberté.

L’humain troque cette richesse innée, ressource toutefois limitée, contre de la survie par consentement tacite, équipé d’œillères. Oui nous sommes d’accord avec le principe actuel, parce que nous pensons ne pas avoir le choix, ne pas pouvoir faire autrement ou être limité(e) tout simplement à ce système. Réflexion faite la peur peut être une motivation également.

Quant à toutes ces choses du quotidien qui n’ont plus de sens, plus de fonctionnalité. Je pense à l’agenda, au réveil (non lui reste utile, pour garder un rythme), toutes ces paires de chaussures, toutes ces possessions, « tu seras privé d’argent de poche si… » Même le registre des menaces habituelles doit être revu…

Heureusement que toutes les enseignes non essentielles sont fermées, sinon le porte-monnaie n’y survivrait pas.

L’absence de respect du confinement est-ce par égocentrisme ou ignorance ? Ou alors de la défiance ?

Imagine que la vie nous fasse un cadeau ? Une leçon des plus exemplaires. Habitués que nous sommes aux sagesses populaires. Il s’agirait de vivre pleinement la leçon. Prendre le temps de vivre, profiter de ses proches différemment, qu’importe la distance ou la proximité. Enfin apprendre à se connaître, enfin « co-naître » ensemble. Couper court à la survie, se délester du superflu. Avancer ensemble, croître et grandir vers une même destinée. Se rencontrer de nouveau. Se synchroniser et se retrouver. Il paraît que nous sommes la somme des cinq personnes que nous côtoyons le plus, donc en fin de confinement il se peut que nous soyons alignés. La famille retrouverait son harmonie d’antan, redeviendrait ce cocon douillet. Dans tous les cas, les choses seront plus claires et limpides.

Et pour ceux obligés de continuer à œuvrer, ceux qui n’ont pas toujours eu la chance d’être reconnus à leur juste valeur, votre effort n’est pas vain. Ne serait-ce que dans le regard de vos proches, vous ces supers héros, ces superbes héroïnes, sans qui le monde ne tournerait plus. « Les artisans de la vie », les personnalités de l’ombre. La reconnaissance sociale ne fait plus aucun doute, espérons que la reconnaissance financière suive, pour service rendu à la nation.

Personnellement, je suis emplie de gratitude à votre égard. Nous pouvons continuer à nous alimenter, nos rues sont propres, nos malades sont entre de bonnes mains, si seulement les moyens suivaient. Grâce à vous nos besoins fondamentaux sont assouvis. Nos besoins physiologiques et de sécurité sont comblés. Bravo et merci.

Telle une fiction c’est dimanche tous les jours. Si nous nous laissons distraire sur les réseaux, les semaines vont défiler et la leçon sera vaine. C’est vrai que l’on se diverti bien, il y a tant de créativité autour du thème. Cela dit, il est inconcevable de passer son temps à regarder les autres vivre, c’était valable pour supporter le quotidien avant la pandémie, ce quotidien routinier, familier et insensible.

Alors recentre-toi, regarde au fond de toi et revois tes priorités. Reconnecte-toi à l’essentiel. Marc AURELE nous dit : “Regarde en toi, là se trouve la source de tout bien .”

Donc qu’en est-il de ta relation à toi-même ? Ce bel être en sommeil. Oublié(e) et négligée(e) qui ne demande qu’à briller.

Ta relation à ta famille ? Proche et lointaine, nucléaire et élargie, recomposée ou choisie.

Ta relation à ton environnement immédiat ? Professionnel, amical, social.

Et ta relation à l’Environnement ? Notre chère nature, la terre mère, cette nourricière.

Et ta relation au monde ? Dans quelle mesure es-tu engagé(e), investi(e), impliqué(e) ?

Et ta relation à l’univers et à son Créateur omnipotent ? Lui le miséricordieux par essence qui t’a laissé libre de tes choix d’existence.

De même que la santé se mesure face à la maladie ou la jeunesse face à la vieillesse, le confinement mesure la valeur de la liberté. Cette épreuve m’aura appris combien j’étais libre auparavant de mes allers et venus, mais libre jusqu’où ? Je faisais les courses plus de trois fois par semaine et j’avais toujours besoin d’une bricole dans tel ou tel magasin et en ressortais évidemment avec beaucoup de superflu. La consommation est le nouveau symbole de liberté et pour l’acquérir nous sommes prêts a y mettre des moyens colossaux, à accepter l’impensable, à vendre notre temps.

Depuis le confinement, deux courses en trois semaines et encore il me fallait des matières premières. En somme, je consommais plus par pulsion ou habitude que par nécessité.

Et depuis, cette sensation de satiété, cette gratitude pour tout ce temps alloué cela n’a pas de prix.

Enfin ralentir et être à l’écoute de ses besoins. Prendre son temps et s’adonner à l’essentiel.

“D’un oeil, observer le monde extérieur, de l’autre regarder au fond de soi-même.”

Amedeo MODIGLIANI, peintre et sculpteur

Prend soin de toi,

Mahany


Mahany

Je suis passionnée de lecture, je rêve d'écrire de façon assidue. Je m'intéresse aux voyages et à la nature. J'aime aussi le cinéma et les sorties culturelles. Je suis à la recherche constante d'amélioration de ma personne, de savoirs, et j'aime partager mes bons plans. Au plaisir de vous lire. Mahany

2 commentaires

Dialla · 17 avril 2020 à 13 h 39 min

Tu as tout dit bravo et merci Mahany

    Mahany · 17 avril 2020 à 20 h 12 min

    Merci il y aurait encore bien à dire. Profite des tiens. A bientôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *